A vos marques ! Prêts ? Ralentissez !
20 juin 2017
Journée Wellness@work 15 juin 2017
23 juin 2017

Des vacances sans stress, facile à dire !

Lorsque j’étais manager d’une agence de communication, croulant sous les dossiers d’appel d’offres à rendre jusqu’au 30 juillet, l’arrivée du premier jour de vacances était pour moi une véritable libération.

Les mois passés sans week-ends, les journées de travail commencées à 5h00 du matin pour cause d’insomnie, les soirées passées au bureau pour parvenir à rendre à temps le projet de l’année ont, lentement mais sûrement, multiplié les couches de stress chronique. Stress dont l’absence de sommeil réparateur amplifiait les effets nocifs sur mon mental et sur ma santé.

Il fallait donc 3 semaines de vacances bien tassées pour évacuer cette accumulation de stress, de tensions musculaires, d’angoisses nocturnes et de divers troubles psychosomatiques.

Quand je dis 3 semaines, ce n’est pas tout à fait vrai : 1 semaine pour décompresser, 1 semaine pour se reposer et 1 semaine pour se préparer mentalement à la reprise.

3 semaines d’évasion physique, mais pas de déconnexion mentale et digitale, car les mails du bureau arrivaient en cascade, ainsi que les appels de fournisseurs qui, eux ignoraient que j’étais en congés et les appels de collègues qui savaient pourtant que j’avais besoin de couper les liens pendant cette période.

Quelles étaient donc mes réactions émotionnelles et physiques lorsque je recevais ces messages subliminaux que mon concept de vacances n’était qu’une illusion ? Tremblements, boule dans la gorge, douleurs articulaires, lumbago, torticolis, troubles digestifs…

Je n’ai pas le souvenir d’avoir passé des vacances sans avoir consulté un médecin ou un ostéopathe.

Inutile de vous dire que de retour au bureau, l’effet réparateur des 3 semaines de « repos » durait effectivement 3 jours.

Cette spirale infernale m’a mené insidieusement à deux burn-out dont j’ai mis deux ans à me remettre.

Comment éviter ce cycle destructeur et vivre de vraies vacances ?

Voici quelques règles de base qui s’appliquent prioritairement, bien entendu, aux addicts au travail, aux managers ne sachant pas déléguer, aux collaborateurs zélés et sur-impliqués, aux dirigeants qui prennent des vacances pour la première fois. Bref, aux futures victimes de burn-out !

  1. Avant de partir du bureau, invitez vos collègues, managers et collaborateurs à respecter cette période de break. N’hésitez pas à leur rappeler que cette règle, fondée sur la bienveillance, est réciproque. En cas d’urgence, et seulement en cas d’urgence majeure, seuls les SMS sont autorisés. A vous de définir avec eux le concept d’urgence majeure.
  2. Le dernier jour de travail est votre premier jour de vacances. Ne dérogez pas à la première règle en lisant vos mails professionnels en rentrant chez vous. Si vous ne vivez pas seul, offrez ce cadeau à votre conjoint(e) ! « Ce soir, nous sommes en vacances ! ». Cette règle s’applique également au temps de trajet nécessaire pour rejoindre votre lieu de vacances qui est souvent l’occasion, lors d’un bouchon sur l’autoroute, de passer un coup de fil pour savoir si « tout se passe bien ». Vous n’êtes parti que depuis 1 jour !!
  3. Adoptez un nouveau rythme… Devenez un adepte de la lenteur !
    L’accélération des flux de communication nous amène à accélérer notre propre rythme. Tout doit aller plus vite jusqu’à l’instantanéité. C’est tout, tout de suite ! Cette période de congés doit vous permettre de souffler. Votre cerveau a biologiquement besoin de respirer. Votre corps doit retrouver son biorythme. Alors, donnez-leur le temps de se remettre de la course que vous leur avez fait vivre depuis plusieurs mois, voire depuis plusieurs années. Apprenez à respirer… C’est l’occasion rêvée ! Apprenez surtout à ralentir et à créer une véritable rupture avec votre rythme de travail. Pas de visites touristiques au pas de course, pas de match de volley acharné sur la plage en plein soleil, ni de nuits blanches enchaînées les unes après les autres.Ménagez-vous ! Si vous vous retrouvez dans ce portrait, c’est que vous fonctionnez à l’adrénaline. Levez le pied de l’accélérateur qui peut vous entraîner sur la route de l’infarctus ou simplement de l’hyper tension artérielle. Quittez l’autoroute et prenez les départementales. Elles vous offriront de bien plus belles sensations.Organisez vos journées en y intégrant des plages d’activités, sans qu’elles soient intenses, et des plages de repos grandement méritées. Faites la sieste… Mais, pas plus de 20 minutes !
  4. Lâchez prise ! Cela commence dès le 1er jour, si vous prenez la route et que vous vous retrouvez dans un bouchon. Ne vous énervez pas si vous n’allez pas assez vite. Cela ne changera rien et cela fera monter une pression qui, je vous le rappelle, à un besoin vital de redescendre. Lâcher prise, c’est accepter de perdre le contrôle. C’est arrêter d’être exigeant avec les autres et avec soi-même. Vous en êtes capable, je vous l’assure. La respiration abdominale, la détente flash et bien d’autres techniques de relaxation et de sophrologie vous aideront à atteindre cet état de détachement indispensable à l’évacuation du stress. Chaque fois que vous serez tenté(e) de vous mettre en colère, de monter en température ou d’avoir peur, rappelez-vous que, quelle que soit la raison, ce n’est pas si grave.
  5. Apprenez à méditer ! C’est l’occasion rêvée de le faire. Vous qui n’avez jamais le temps de rien pendant l’année, vous avez tout le temps nécessaire pour apprendre une technique qui, et c’est prouvé, vous permettra de mieux gérer vos émotions, d’accroître votre capacité de concentration et de mémorisation, d’évacuer les tensions corporelles et surtout de calmer les ruminations mentales. Cela ne prend que quelques minutes par jour. Cela demande un peu de discipline et de calme. Mais si, aujourd’hui, la méditation fait son entrée dans les collèges, dans les grandes entreprises jusqu’au comité de direction, c’est que c’est un véritable bienfait que les asiatiques ont intégré dans leur quotidien depuis des centaines d’années. Et, on le sait, ils vivent bien plus longtemps que nous.Comment appendre à méditer ? Achetez des livres de références contenant un CD comme « Méditer jour après jour » de Christophe André ou suivez des méditations guidées sur Youtube. Elles sont nombreuses.
  6. Vivez l’instant présent ! Vous le savez bien. Même si vous avez pris de bonnes résolutions, vous ne pouvez pas vous empêcher de penser à ce qui s’est passé dans les semaines précédant votre départ en vacances, et encore moins de vous projeter dans votre futur qui est totalement imaginaire puisqu’il n’a pas encore eu lieu. Donc, arrêtez les voyages dans le temps et profitez de votre voyage ici et maintenant… Chaque moment vécu est un cadeau dont vous devez profiter pleinement. Lorsque vous faites un geste ou que vous pratiquez une activité, concentrez-vous exclusivement sur ce que vous faites, sans pensées parasites. C’est une autre forme de méditation. Cela s’appelle la pleine conscience. C’est surtout être présent pour soi et pour les autres.Marchez en conscience, en sentant vos muscles travailler et vos pieds se poser sur le sol, en profitant du décor, de la beauté du paysage et de l’air qui pénètre dans vos poumons.
    chasseur de stress sophrologie stephane YAICH vie sereine relaxationNe mangez pas… Dégustez ! Savourez ! En fermant les yeux, découvrez ou redécouvrez des sensations gustatives que vous avez certainement oubliées si vous avalez votre déjeuner en 15 mn, le nez dans votre smartphone en écoutant d’une oreille plus que distraite la personne qui est en face de vous.Adoptez la lecture consciente, sans perdre le fil de ce que vous lisez, sans vous laisser entraîner dans des vagabondages cérébraux. Chaque fois que vous en prenez conscience, revenez à l’instant présent et à la dernière ligne dont vous vous rappelez. Car, machinalement, vous avez lu plusieurs pages tout en reprenant votre voyage dans le temps.Ecoutez !  Ecoutez les sons qui vous entourent. Le chant des oiseaux, le bruit de la pluie, la rumeur des vagues sur la plage, le cri des enfants qui jouent. Accueillez chaque son, simplement, sans jugement. Et surtout, écoutez vos proches, totalement, consciemment sans laisser vos pensées prendre le dessus sur la conversation à laquelle vous participez.Sentez ! Appréciez les senteurs pour en faire faire de jolis souvenirs pour votre mémoire olfactive.Éveillez vos sens et faites le plein de sensations positives que, une fois rentré(e) de vacances, vous pourrez associer à la notion de calme, de détente et de sérénité.
  7. Pensez positif ! Pendant ces journées de vacances, refusez d’entretenir tout sentiment, toute pensée, toute métaphore, toute question ou tout mot négatif. Lorsque vous vous surprendrez à vous focaliser sur des idées, des images ou des pensées négatives, revenez à l’instant présent et demandez-vous comment transformer ces pensées négatives en aspects positifs, comment régler le problème qui vous préoccupe ou comment vous libérer de l’emprise du négatif dans votre vie.Chaque matin, au réveil, asseyez-vous au bord du lit et posez-vous des questions énergisantes pour cette nouvelle journée :- Que vais-je faire aujourd’hui qui va me rendre joyeux(se) ?
    – Que vais-je faire aujourd’hui qui va rendre quelqu’un d’autre heureux ?
    – Quelles sont les activités qui vont me donner le plus de satisfaction et de plaisir ?…Chaque soir, au coucher, faites le bilan positif de votre journée :- Qu’est-ce que j’ai donné aujourd’hui ?
    – En quoi me suis-je montré généreux ?
    – Qu’ai-je appris aujourd’hui ?…
  8. Profitez de vos vacances sans excès. Mangez des repas équilibrés. Buvez avec modération. Faites du sport ou des activités physiques, sans faire souffrir votre corps. Ne faites pas de grasses matinées au-delà de 10h, si vous voulez vivre vos vacances !Gardez ce rythme en rentrant !
    En appliquant simplement ces quelques règles, ces méthodes et en vous appropriant ces techniques, vous avez, le temps de vos vacances, chassé votre stress et ouvert la porte du bien-être dans votre vie.Il vous suffit maintenant de laisser cette porte ouverte au quotidien pour que le stress toxique soit moins présent, voire disparaisse, car vous aurez acquis les moyens de le gérer et de vous adapter aux situations stressantes.En modifiant votre niveau de résistance au stress, vous devenez « chasseur de stress ». Il ne tient qu’à vous, lorsque vous serez dans l’univers professionnel, d’analyser calmement chaque situation stressante et de vous poser ces deux questions : « Ce que je ressens en ce moment est du stress. En quoi le stress que je ressens me motive et me fait avancer ? En quoi, il me paralyse et est un obstacle à mon bien-être et à ma réussite ? ». Si vous sentez le besoin de vous faire accompagner pour mettre en place un programme personnalisé de gestion du stress, prenez contact avec moi en cliquant sur ce lien.Je vous guiderai sur ce chemin et vous donnerai tous les outils que vous pourrez appliquer de manière autonome au travail, comme dans votre vie personnelle.Je vous souhaite de passer un très bel été !