5 clés pour réduire votre stress au travail
7 janvier 2020
CONFINES ET HEUREUX #2
25 mars 2020

Je suis Stéphane Yaïch, Chasseur de stress

En temps normal, mon métier consiste à proposer aux entreprises des conférences, des ateliers et des formations sur la gestion du stress, sur la gestion des émotions, sur les moyens d’améliorer son sommeil, sur la déconnexion numérique, sur le déséquilibre en vie personnelle et vie professionnelle, et sur l’optimisme.

En tant qu’intervenant bien-être en entreprise, comme beaucoup d’autres, je suis directement touché par la mise à l’arrêt totale de mon activité, le temps que la crise sanitaire que nous vivons actuellement soit passée.

J’ai donc décidé de consacrer une partie du temps qui m’est offert, oui je dis bien offert, pour l’offrir, à mon tour, à ceux qui en ont besoin, et qui vivent mal cette période difficile.

Comment ?

En mettant mes compétences, mes techniques et tout mon amour à votre service, au service de votre mieux-être, et en vous proposant un coaching gratuit vous permettant de surmonter cette épreuve.

En cette période assez extraordinaire, au sens propre du mot, nous sommes confrontés à une situation totalement nouvelle, et extrêmement anxiogène, pour beaucoup d’entre nous.

La peur est au centre de cette crise sanitaire. En effet, la peur de contracter le virus, donc de mourir, la peur pour son avenir financier, professionnel, la peur de rester a minima 15 jours confinés avec ses enfants, avec son conjoint, la peur pour soi-même, mais également pour les autres, pour ses parents, pour sa famille proche ou éloignée, pour ses amis…

Or la peur est génératrice de stress. Et le stress est un peu comme un animal sauvage. Plus il sent notre peur, plus il devient agressif.

Et cette agressivité se traduit concrètement par la baisse de nos défenses immunitaires, par le risque d’être plus sensible au virus, et à d’autres maladies. Donc, plus la population a peur, plus le virus se propage…

Les réactions de peur sont multiples et très individuelles face à cette situation.

Comme nous avons pu le voir sur les réseaux sociaux, beaucoup d’entre nous sont dans le déni total de la gravité des événements que nous traversons.

Ceux-là se prennent véritablement pour des super-héros !

Persuadés que le virus ne pourra jamais les toucher, ils bravent les interdits, sans se soucier du risque qu’ils font courir à leurs proches, aux commerçants chez qui ils se précipitent, à leurs amis avec qui ils courent, côte à côte, et surtout aux personnels soignants qui sont les victimes indirectes de cette forme de déni.

Car, moins nous aurons de médecins pour accueillir les malades, plus les conséquences seront lourdes.

A ces personnes qui pensent être invulnérables et indestructibles, je répète la phrase “Restez chez vous”, protégez-vous, protégez vos proches et protégez les autres.

Acceptez d’être faibles et aussi fragiles que les autres. Nous sommes tous des êtres humains.

Il n’est pas interdit de l’admettre et de le reconnaître. Alors, pendant quelques semaines, rangez votre costume, votre masque (lol) et votre cape, et mettez votre héroïsme de côté, et laissez-vous aller à la liberté d’être vous-mêmes, simplement.

Une autre manière d’exprimer sa peur est celle des “tortues”. Elle consiste à être tétanisés, cloués sur place, sans savoir quoi faire, en étant totalement submergés par les événements et par ses émotions. Les personnes les plus sensibles, mais également les plus fragiles comme les personnes âgées, ont besoin d’être rassurées et entourées. Elles ont tendance à rentrer dans leur carapace et à ne rien dire de leur souffrance.

Et puis, il y a les résistants ! Devant cette nouvelle situation qu’est le confinement, ils vont inconsciemment transformer leur peur en colère, ou de pessimisme aussi contagieux que le COVID-19. Et tout le monde va en prendre pour son grade : le gouvernement bien sûr, les médecins, et tous ceux qui vont se trouver confinés avec eux. On retrouve ce type de réaction chez les personnes qui ont l’habitude de tout contrôler et chez qui, le fait de plus rien maîtriser, devient alors la pire des choses qui pourrait leur arriver.

Ce qu’il faut savoir, c’est que lorsque nous vivons une situation de stress, qu’elle quelle soit, nous retrouvons systématiquement trois modes de réactions : le combat, la fuite et l’immobilisme. On anglais, on parle de Fight, flight or freeze.

Le combat des résistants, dans le cas de la situation du Covid-19 est inutile et il constitue une perte d’énergie et d’efficacité. C’est un peu comme Don Quichotte qui part à l’attaque des moulins à vent.

L’irresponsabilité et l’optimisme radical des super-héros est une forme de fuite qui peut surtout devenir dangereuse. Il est urgent pour eux de prendre conscience de la réalité, et de la gravité de la situation, pour accepter d’entrer en confinement, sans passer par la case résistance.

Et pour les tortues, il revient à leurs proches, à leur famille, de les entourer de tout leur amour et de les aider à passer cette épreuve sans stress.

Dans tous les cas, nous devons faire preuve d’empathie pour comprendre, chez chacun d’entre eux, leur point de vue, leurs émotions et surtout leur manière très personnelle de les exprimer.

Chères tortues, soyez assurées de notre soutien pour passer cette période difficile et n’hésitez pas à sortir de votre carapace pour demander de l’aide, à appeler votre famille, vos amis, ou des associations dont c’est la vocation. De leur côté, ils feront tout pour ne pas rompre le lien qui vous permettra de ne pas vous laisser isolés. Exprimez vos émotions.. Dites ce que vous ressentez que ce soit de la peur, de la tristesse, de la colère ou de la joie. Car, dans ce contexte, nous avons besoin de partager nos joies, les plus petites, comme les plus grandes.

Que vous soyez un super-héros ou un super-résistant, je vous propose de voir les choses sous un angle différent.

Jamais dans votre vie, on ne vous aura donné une telle occasion d’éprouver votre patience et votre capacité à gérer vos émotions.

Nous ne sommes qu’à la seconde semaine de confinement. Imaginez dans quel état vous risquez d’être dans 15 jours, voire dans 1 mois, et c’est fortement envisageable, si vous abordez votre enfermement sanitaire comme un emprisonnement.

Et si vous envisagiez cela plutôt comme une libération. A vous de transformer ce qui peut ressembler à une épreuve insurmontable en expérience positive.

De cet épisode, dont vous parlerez plus tard entre amis, c’est à vous de décider aujourd’hui si vous direz qu’elle a été votre pire cauchemar, celui de votre conjoint, ou l’expérience la plus enrichissante que vous ayez jamais vécue, et qu’elle a même changé votre vie.

La manière dont nous vivons une situation dépend de notre mode de pensées. Soit nous nous focalisons sur ce que nous avons à perdre, soit nous nous concentrons sur ce que nous avons à y gagner.

De cette période d’isolement, nous pouvons, en effet, faire ressortir le meilleur ou le pire de nous-mêmes.

C’est cela l’optimisme, c’est accepter le négatif de la situation en prenant conscience qu’il nous fait grandir, qu’il nous renforce et qu’il sera un pilier de notre vie future.

C’est donc dès aujourd’hui, que vous devez créer ce qui va constituer votre quotidien au cours des prochaines semaines.

Trouvez dans chaque journée, les moments qui vont illuminer votre cœur, votre esprit et votre corps.

Créez des rituels, chaque jour à la même heure pour pratiquer des activités épanouissantes : une activité physique, la cuisine, la pâtisserie, une activité artistique, la musique, le chant, le dessin. Et si vous n’êtes pas artiste, ce n’est pas grave. Vous aurez essayé.

Essayez différentes techniques relaxantes comme le yoga, la méditation, ou la pratique d’exercices de sophrologie. Ce sont des moments pour respirer, pour vous évader mentalement, autrement qu’en regardant des séries sur Netflix ou en jouant à la console, qui génèrent souvent plus d’émotions négatives que positives.

Privilégiez tout ce qui va vous procurer de la joie et communiquez-la. Vous avez le droit d’être contagieux lorsqu’il s’agit de faire sourire et rire les personnes qui vous entourent.

C’est également l’occasion idéale pour acquérir de nouvelles compétences, pour vous former à distance, ou pour enseigner et faire profiter les autres de vos propres compétences.

Lisez des livres que vous n’aviez pas ouvert jusqu’à maintenant ou louez des ebooks, ou des livres audio. Choisissez des livres qui vont vous faire du bien comme les livres ou les romans de développement personnel.

Que vous viviez en couple, avec des enfants, dans le même logement, ou que vous soyez seul, réservez-vous, physiquement ou à distance, des moments de partage, de vos souvenirs de vacances, de réunions de famille, de moments agréables, pour aller chercher la joie de moments passés et les ramener à l’instant présent.

Et la connexion à l’instant présent va être une des clés de votre sérénité dans les semaines qui vont suivre.

Dans les différentes vidéos que je partage régulièrement avec vous sur ma chaîne Youtube, je tente de vous amener à intégrer dans vos journées ces pratiques qui peuvent changer votre vie.

Réalisez que toutes les graines que vous allez planter dès aujourd’hui dans le cadre de votre confinement, vont pouvoir devenir, au fil des semaines, un magnifique jardin, le jardin de votre épanouissement personnel.

Prenez soin de vous et prenez soin des autres en restant chez vous.

Pour les entreprises qui ont à cœur de prendre soin de leurs salariés en confinement, ou d’astreinte, je propose des ateliers thématiques en ligne de 30 mn permettant d’aborder sereinement cette période complexe. Pour toute demande d’information, contactez-moi à stephane.yaich@chasseurdestress.com

Inscription à la newsletter